Pour contrer une invasion de crabes enragés, une destilería américaine les transforme en whisky


Également connu sous le nom de «crabe vert», le crabe enragé doit son sobriquet à sa réputation d’animal pour le moins vindicatif: lorsqu’il se sent menacé, il se dresse sur ses pattes, pinces vers le haut.

Aussi adaptable que vorace, cet arthropode considéré comme invasif por los organismos especializados est tenu responsable du declin de ciertas especies de moluscos, bivalvos y cangrejos. Il faut dire que chaque crabe enragé gobe une quarantaine de palourdes par jour et pond plus de 185.000 œufs par an, comme l’indique Insider.

Les crabes enragés pullulent actuellement en Nouvelle-Angleterre, région du nord-est des États-Unis englobaron seis estados (Connecticut, Maine, Massachusetts, New Hampshire, Rhode Island y Vermont). Enfrente a una invasión que inquiete los locaux y los especialistas des fonds marins, une entreprise a décidé de contre-attaquer.

Dans le New Hampshire, la destilería Tamworth (du nom de la ville où est situé son siège) vient en effet de mettre au point un whisky à base d’infusion de cangrejo verde.

Deliciosos envahisseurs

Nommé «Crab Trapper», le breuvage en question est composé d’un bourbon 4 ans d’âge destilado à l’aide de résidus de crabes enragés. Produire 100 litros de ce whisky necesario «alrededor de 40 kilogramos de cangrejo, soit plus d’un miller de ces saletés»explica Steven Grasse, el propietario de la destilería.

Ce dernier précise qu’un mélange de huit épices est également utilisé pour donner une saveur optime au produit –les mêmes qui sont employees pour faire cuire les crustacés à des fins culinaires.

«Il a un chouette arrière-goût épicé»promete Steven Grasse a Insider. «De façon inattendue, suches personnes ont même commencé à le comparer à un Fireball salé», ajoute-t-il en référence à un whisky canadien réputé pour ses notes d’épices. La bouteille de 20 centilitros de Crab Trapper se vende actualmente a 65 dólares, por debajo de 62 euros.

Insider señala que los chefs plusieurs, no Jeremy Sewall, propietario de Row 34 en Boston (Massachusetts), integra o integra el cangrejo a la carta. Une façon plus classique de lutter contre cet animal jugé indésirable. «Les crabes verts nous envahissent, mais heureusement pour nous, ils sont délicieux», título del Boston Globe en 2021. Et maintenant, ils peuvent même se siroter.


Source: Slate.fr by www.slate.fr.

*The article has been translated based on the content of Slate.fr by www.slate.fr. If there is any problem regarding the content, copyright, please leave a report below the article. We will try to process as quickly as possible to protect the rights of the author. Thank you very much!

*We just want readers to access information more quickly and easily with other multilingual content, instead of information only available in a certain language.

*We always respect the copyright of the content of the author and always include the original link of the source article.If the author disagrees, just leave the report below the article, the article will be edited or deleted at the request of the author. Thanks very much! Best regards!